04/10/2017

Pour que l'accessibilité soit la "Grande Cause Nationale" 2018

Philippe CROIZON s’associe à Patrick et Michelle TOUCHOT de l’association Accessible POUR TOUS en lançant une pétition afin que l’accessibilité soit la « Grande Cause Nationale 2018 ».cause_0-300x135.jpg

L'APF leur apporte son soutien et vous invite à signer et relayer leur pétition : Signer la pétition pour que l’accessibilité soit Grande Cause nationale en 2018.

 

 

Lire la suite

15/09/2017

Un comité interministériel du handicap qui répondra aux inquiétudes des personnes en situation de handicap et de leur famille ?

id8159_photo.gifCe mercredi 20 septembre a lieu le premier Comité interministériel du handicap (CIH) du quinquennat Macron. L’APF attend de ce rendez-vous que le gouvernement dévoile la « feuille de route » de sa politique du handicap pour les 5 années à venir, notamment concernant l’accessibilité.

A un an de l’échéance de la première phase des Agendas d’accessibilité programmée (qui concerne la majorité des établissements recevant du public), quelle est la stratégie du gouvernement pour tenir cette échéance ? Plus de quarante ans après la première loi sur l’accessibilité (1975), et après avoir repoussé l’échéance de 2015, les personnes en situation de handicap ne veulent plus attendre pour pouvoir se déplacer librement.

Pour l’APF, le débat sur l’accessibilité ne doit pas se réduire à des questions d’allègement des normes, mais doit viser à garantir l’accès des personnes en situation de handicap et de toutes les personnes à mobilités réduite aux biens et services, à l’espace public, comme n’importe quel∙le citoyen∙ne français∙e avec une approche inclusive et non discriminante, tel que porté jusqu’à présent par le président de la République et le gouvernement.

Sur cette question du logement, l’APF déplore une vision erronée qui ne tient pas compte de l’évolution de la population ni des études sur les impacts des logements accessibles dans les coûts de construction. Enfin, l’association rappelle que les personnes en situation de handicap rencontrent de grandes difficultés pour trouver des logements accessibles.

Lire le communiqué de presse développant les attentes de l'APF concernant le prochain comité interministériel du handicap (PDF, 242ko - Nouvelle fenêtre).

29/06/2017

L’APF apporte son soutien à la candidature de Paris aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024

Jeux paralympiques.pngRéuni.e.s en Assemblée générale à Colmar ce samedi 24 juin, les adhérent.e.s de l’APF ont apporté leur soutien à la candidature de Paris aux Jeux olympiques et paralympiques de 2024.

En adoptant à 87,8% la motion « Jeux Olympiques et Paralympiques à Paris en 2024 : Une chance pour toutes et tous ! », l’APF a affirmé son engagement pour la tenue de ces jeux à Paris, qui doivent favoriser l’inclusion et la citoyenneté des personnes en situation de handicap.

Pour l’association, l’organisation de ces Jeux doit être un accélérateur dans la prise en compte des attentes des personnes en situation de handicap, notamment concernant la mise en accessibilité des établissements recevant du public et des transports en commun.

Lire le communiqué de presse de soutien de l'APF à la candidature de Paris aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 (Word, 151 ko - Nouvelle fenêtre).

Lire le communiqué de presse de soutien de l'APF à la candidature de Paris aux Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 (PDF, 340 ko - Nouvelle fenêtre).

 

27/06/2017

Recours contre des textes prévoyant de nouvelles formes de dérogations

1107035-conseil-etat-rea-580x310.jpgL’APF, accompagnée de l’Adep (Association de Défense et d'Entraide des Personnes Handicapées) et de la Fnath (Fédération Nationale des Accidentés du Travail et des Handicapés ), vient de déposer un recours devant le Conseil d’État contre des textes réglementaires introduisant la possibilité de déroger aux normes d’accessibilité grâce à des solutions alternatives dites « solutions d’effet équivalent » et ce, même dans le neuf !

Ainsi, un décret du 28 mars 2017 et un arrêté du 20 avril 2017 prévoient la possibilité « pour le maitre d’ouvrage de satisfaire à ces obligations (d’accessibilité) par des solutions d’effet équivalent aux dispositions techniques de l’arrêté dès lors que ces solutions répondent aux objectifs poursuivis. »

Pour les associations, c’est une nouvelle attaque à la mise en accessibilité de la cité et une ouverture sans garde-fou à de nouvelles formes de dérogations, en plus de celles existantes. Une situation inacceptable qui les a conduites à faire un recours en Conseil d’État contre ces textes.

Pour en savoir plus, lire l'article de Faire Face.